Ella Maillart

En préparant mes voyages (c’est bien la première fois que je le fait aussi minutieusement en gardant toutefois des espaces) il s’agira de ne pas revenir avec un découvert …je découvre une voyageuse compatriote et contemporaine de Nicolas Bouvier

Écrivaine, photographe, journaliste et reporter,  grande exploratrice genevoise et femme mystique et sportive de haut niveau.

Ses réflexions  sont réunies dans «Bribes de sagesses», un livre que publient les éditions Actes Sud.

«Une paix durable», comme elle dit,  porte de bout en bout ce petit livre à la lumière céleste, publié en mai 1997.

Sont rassemblées ici quelques pensées d’Ella Maillart tirées de ses nombreux ouvrages ainsi que des extraits d’interviews données par cette écrivain genevoise (1903-1997) qui fut une grande voyageuse fascinée par l’Asie et une exploratrice hors normes. Comme l’étaient ses deux compatriotes Nicolas Bouvier et Anne marie Schwarzenbach, qu’elle a  très bien connus.

«Je n’ai pas quitté l’Europe parce que les difficultés du voyage m’attiraient, mais à cause de la situation que je voyais ici, de l’état négatif de notre société. Je cherchais un lieu vivable qui soit moins gorgé de non-sens que notre continent aveuglé, où les hommes se torturent et s’exterminent tous les vingt ans.»

Zen

D’ailleurs ce livre respire l’air des cimes des montagnes suisses où Ella Maillart se réfugiait pour fuir les «enclos d’argile» que sont les villes. Sans oublier les cimes immatérielles de l’esprit. Une certaine hauteur de vue sous-tendue ici par une philosophie socratique. Laquelle voudrait que la paix avec soi et le monde passe par la connaissance de soi,ce qu’on retrouve aussi dans le bouddhisme.

Ella Maillart a fait, on le sait, de très longs séjours en Asie. Ses considérations sur l’existence sont également nimbées d’une félicité bouddhique.

Le lecteur méditera cette réflexion de l’auteure: « La barre horizontale de la croix représente le temps: le passé et l’avenir. La verticale, c’est l’esprit qui traverse la matière. Et à l’intersection des deux barres, c’est le Christ qui nous enseigne la sagesse ».

Ella Maillart est née en 1903 à Genève.

Sportive de haut niveau (ski, voile, hockey sur terre), journaliste, photographe et aventurière, elle a arpenté le monde du pays de Galles et de l’Allemagne jusqu’à l’Inde et aux régions reculées de l’ex-URSS, où elle vécut plusieurs mois, et de l’Asie centrale.

Plusieurs livres retracent ses voyages et ses pensées :http://www.ellamaillart.ch/index_fr.php

Elle est décédée le 27 en 1997 à Chandolin (Valais).

Et bien sur je relis puisqu’un livre qu’on n’a lu une fois est un livre qu’on à jamais lu, « Le vide et le plein » de Nicolas Bouvier : instants de vie photographié avec les mots , d’une grande lucidité et très juste sur l’homo japonicus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s